RENOUV, Renouveler les forêts pour les rendre plus résilientes face aux changements climatiques

Étudier les process de régénération pour renouveler les forêts en Centre-Val de Loire

Le renouvellement des chênaies peut se faire par régénération naturelle à partir des arbres en place (les semenciers) ou par plantation. Cette étape est cruciale car elle engage le forestier sur le long terme. Les jeunes semis et les jeunes plants doivent survivre à la fois à la compétition avec d’autres plantes du sous-bois (par exemple, fougère-aigle, molinie, callune), aux maladies, aux sécheresses estivales mais aussi à la pression d’herbivorie exercée par les ongulés sauvages (i.e. cerf, chevreuil, sanglier), composante importante de l’écosystème et de l’identité de la région. Le changement climatique oblige à repenser les pratiques de renouvellement car les étés secs et caniculaires réduisent le succès des renouvellements forestiers. Il devient donc urgent d’étudier les facteurs de blocage et de faire évoluer les pratiques de renouvellement.

Le projet RENOUV va permettre d’acquérir de nouvelles connaissances sur la régénération forestière, ainsi que de développer des techniques innovantes pour rendre la forêt plus résiliente et résistante face aux changements climatiques et à l’augmentation des populations d’ongulés sauvages.

Photo de drone d'une trouée du bois de la ferme de Nogent-sur-Vernisson. Pour renouveler les forêts de la région, il est important de pouvoir comprendre les facteurs influençant la régénération naturelle des forêts.
Photo de drone d’une trouée du bois de la ferme de Nogent-sur-Vernisson

Objectifs & méthodologie

Le projet vise à développer les connaissances sur la dynamique de régénération des chênaies en interaction avec les paramètres de l’environnement (micro-climat, herbivorie) susceptibles d’en affecter le succès. En particulier, nous installerons des placettes d’observation et d’expérimentation dans des trouées forestières de surface variable. Il s’agira de suivre la survie et la croissance de semis et de jeunes plants et de mesurer le microclimat grâce à différents capteurs. Ce projet vise ainsi à mieux connaître les blocages d’ordre technique, économique ou sociétal dans le but de développer et mettre en application des techniques innovantes pour régénérer la forêt. De plus, la mise en place de nouveaux outils connectés et participatifs, permettra d’orienter les choix sylvicoles et de suivre le succès des efforts de renouvellement forestier.

Financement

603 k€

Référents & Collaborateurs

  • Référent

    Mårell Anders

    Mårell Anders

    INRAE - EFNO

  • Référent

    Ginisty Christian

    Ginisty Christian

    INRAE - EFNO